Les investissements Chinois en Europe qui posent question

Certains responsables politiques commencent à élever la voix sur un sujet, celui des investissements Chinois massifs dans les pays de l’Union Européenne. En effet, cet afflux massif de capitaux étrangers, en particulier lorsqu’ils concernent des secteurs stratégiques inquiètent. Pour autant, les réactions ne sont pas les mêmes lorsque des entreprises américaines investissent dans des secteurs tout autant stratégiques, pourquoi ?

Outre les rachats Chinois de domaines viticoles largement médiatisés, la Chine ne cesse d’investir dans des domaines plus stratégiques. L’aéroport de Toulouse Blagnac dont le site abrite les usines d’assemblage d’Airbus à fait l’objet de débats. Courant 2014, un consortium d’entreprises Chinoises s’est intéressé au site pour le racheter, le projet n’a pas manqué de détracteurs considérant que ce serait une atteinte à la souveraineté du pays. Le premier ministre de l’époque [ NDLR : Manuel Valls ] à même du intervenir pour rassurer l’opinion publique en annonçant que « la gestion resterait Française ». Accusé de corruption, l’investisseur derrière le consorsium ne mettra finalement pas de terme à l’offre, l’aéroport de Toulouse Blagnac n’est finalement pas passé sous pavillon Chinois et ce n’est pas le cas de toutes les entreprises.

Une augmentation des investissements Chinois en Europe

Un rapport récent de la commission européenne fait état d’une augmentation d’investissements étrangers dans les entreprises de l’Union Européenne, et complète en évoquant la « part de la propriété étrangère élevée dans des secteurs clés ».

Une conclusion publiée dans le communiqué de presse concerne directement la Chine , c’est la hausse des investissements d’entreprises publiques étrangères dans les entreprises européennes. Les acquisitions des entreprise publiques, chinoises ou non, ont triplées en 2017 par rapport à 2007. Plus précisément, entre 2007 et 2017, les acquisitions d’entreprises par des acteurs chinois à bondi. En effet, les entreprises publiques de République Populaire de Chine, de Macao et de Hong-Kong ont acquis près de 60 entreprises européennes en 2017, contre uniquement un peu plus de zéro en 2007. Pour autant, en 2017, 29 pourcent des entreprises étrangères acquises par des acteurs étrangers l’étaient par des acteurs américains du Nord [Etats-Unis et Canada] contre 9,5 pourcents pour les acteurs Chinois (incluant Macao et Hong-Kong).

Une évolution décriée

Les investissements chinois sont vus d’un mauvais œil par une partie de l’opinion publique mais aussi par les auteurs du rapport, qui préconisent l’encadrement des investissements étrangers dans des secteurs clés tels que les transports, l’énergie et les matériels destinés aux armées.

En attendant une législation au niveau européen, certains gouvernements prennent les devants en rédigeant des projets de loi visant à encadrer ces mouvements de fonds venant de l’étranger.

Cecilia Malmström, commissaire européenne chargée du commerce relativise la situation en expliquant que « nous devons être prêts à agir lorsque notre sécurité et notre intérêt public sont menacés. Grâce au nouveau cadre sur le filtrage des investissements directs étrangers, nous sommes désormais mieux armés et mieux informés pour faire face à ces types de scénarios à l’avenir ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Releated

La Chine met la main sur l’Afrique

Alors que le continent de l’hémisphère sud voit son marché grandir. De nombreuses grandes puissances souhaitent y prendre une part. La Chine non seulement en fait partie mais compte bien jouer un rôle plus que principale. La république populaire de Chine concentre une partie de ses investissements directs à l’étranger (IDE) vers l’Afrique. Un rapport […]